Linogravures

Le linoléum, matériau plus tendre que le bois, son odeur particulière, sa couleur naturelle, sa plus grande malléabilité, permet de s'initier et d'explorer la gravure en relief avec souplesse.

Chercher une écriture singulière, fine hâchure, fil de membrane que l'on retire à la peau des personnages ou à l'obscurité, pour creuser de minces rais de lumière, serrés. Et puis découvrir la possibilité de la couleur, avec la technique de la "plaque perdue", créant des contrastes colorés parfois inattendus.

 

C'est à  Picasso que l'on doit cette méthode originale, en utilisant qu’une seule plaque pour réaliser une gravure en plusieurs couleurs: On imprime la plaque avec une couleur claire, en ayant évidé les zones que l'on souhaite blanches, puis l'on ôte les parties de l'image devant rester claires, et l'on encre le lino avec une couleur plus foncée. Chaque nouvelle impression couvre les parties non gravées d’une nouvelle couleur. L’artiste doit donc retirer chaque fois les motifs qu’il veut garder dans la teinte déjà imprimée. 

Il est en ce sens impossible de revenir en arrière, et la matrice se décompose au fur et à mesure que l'image se compose !